Saint Row 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Saint Row 4

Message par CeLL le Mer 11 Sep 2013, 09:44





L’événement du début de l'année 2013 dans le milieu vidéoludique est bien sûr la faillite de THQ, qui a entraîné une dilapidation massive des licences ayant appartenu à la firme californienne. Dans le cas de la saga Saints Row, c'est Koch Media, sous son label Deep Silver, qui a récupéré la série suite au rachat du studio Volition. Qui dit nouveaux tauliers dit parfois nouveaux plannings de production et, en l’occurrence, Saints Row IV s'est étonnamment trouvé une date de sortie quelques semaines après le rachat de la licence. Plus curieux encore, la sortie du titre est fixée à moins d'un mois de celle du rouleau compresseur nommé GTA 5. L'enjeu du développement pour les équipes de Volition a donc été de produire un soft complet, se démarquant assez de l'optique originelle de la série, tout en respectant très scrupuleusement les délais (ce qui conduit souvent à des problèmes de finitions). Alors, le contrat est-il honoré ?
Back to Basics, ou pas !

Un point est clair lorsqu'on s'attaque à ce 4ème Saints Row : les choses ont bien changé... Fini la guerre des gangs dans les quartiers, fini les braquages, cette fois-ci la ville de Steelport (la même que dans Saints Row III) est configurée à la manière d'un Infamous ou d'un Prototype : ouverte mais pas forcément très vivante. On y délaisse totalement, ou presque, l’accession progressive au succès, à l’argent et à une foule de joyeusetés, pour passer à un univers plus statique et relativement sombre car baigné dans une nuit noire perpétuelle. Se voulant comme la suite du 3ème épisode, c'est donc plutôt logique que la dimension « exploration et découverte » de cet épisode soit passée à la trappe, au grand dam des nouveaux arrivants. Rassurez-vous, ces aspects sont ici remplacés par une foule de séquences à références et de libertés scénaristiques qui, à coup sûr, plairont aux amoureux de SF bon marché comme aux amateurs de culture vidéoludique et d’univers dystopiques.

Côté scénario, ce 4ème épisode vous met dans la peau du président des Etats-Unis aux prises avec les Zins, une race d’aliens belliqueux venus conquérir la planète, et qui en profitent pour jouer avec l’esprit des humains en les enfermant dans une simulation virtuelle de leur propre vie. Pas besoin ici de nommer la source de cette inspiration, qui permet à SR4 de s'offrir à la fois toutes les fantaisies, mais aussi toutes les facilités. Votre tâche durant l'aventure sera donc de « réveiller » la plupart des membres de votre gang, en allant les chercher au plus profond de leurs angoisses, dans des cauchemars virtuels. Vous imaginez la suite : constituer une équipe, déstabiliser la matrice, devenir de plus en plus puissant, et réduire les aliens en miettes ! La trame n'a pas grand-chose d'original, mais c'est dans sa mise en scène et sur la variété des références utilisées que le jeu se démarque nettement. Mais d'ailleurs, ça fait quoi d'être un super-président ?

Par un heureux hasard, et avec la complicité de votre amie Kinzie, vous réussissez à vous extraire progressivement de l'emprise des Zins. Cela implique que vous pouvez désormais vous déplacer plus ou moins librement dans la simulation, et jouissez peu à peu de capacités surhumaines. Toutefois, si l’on acquiert au fur et à mesure des pouvoirs améliorables que l’on prend plaisir à coupler à l’efficacité de nos armes, il faut bien dire que l’implémentation d’un tel gameplay ne semble malheureusement pas totalement maîtrisée par Volition. La maniabilité de votre personnage à l'intérieur de la simulation (là où il peut utiliser ses pouvoirs) demandera un petit temps d’adaptation avant que vous ne puissiez vous mouvoir dans les airs et sur terre de manière optimale. Le problème devient même relativement épineux lorsqu’il s’agit de gérer des gunfights à 1 contre 20 dans des endroits exigus.

Parfois, caméra et super-pouvoirs ne font pas bon ménage étant donné que votre sprint de super-héros remplace votre sprint d’humain dans la Steelport virtuelle. Il se peut que vous ayez parfois du mal à gérer des combats demandant un peu de placement et de stratégie au sol, car vous ne disposez « que » d'un super-saut de plusieurs mètres et d'un super-sprint qui terrasserait Usain Bolt. Ces atouts de super-héros sont donc un vrai régal pour se déplacer à grande échelle, avec une verticalité jamais atteinte auparavant dans la série, mais deviennent relativement contraignants dans certaines séquences de combat. On aurait idéalement apprécié une touche pour désactiver ces deux pouvoirs le temps d'un gunfight important.

Il vous sera néanmoins possible de récupérer des balises de soin sur chaque ennemi tué afin de regagner un peu de vie, ce qui donne une certaine tolérance vis-à-vis de cet aspect brouillon dans la gestion des combats. L'important est de tuer, et de tuer vite. Pour ce faire, vous disposerez d'un arsenal fourni, regroupant des armes humaines et extraterrestres qu'il sera possible d'améliorer, avec un upgrade ultime rendant l'arme redoutable. Au rang des nouveautés loufoques de votre panel d'armes, on retrouve le désormais célèbre Dubstep Gun qui fait danser les ennemis en les neutralisant à petit feu, mais aussi le Rapto-Matic qui crée un rayon tracteur, le générateur de trous noirs ou encore le Violator : une tentacule extraterrestre qui fait des ravages au corps-à-corps.

Le mode campagne coop est opérationnel comme dab info en MP si une envie de tester vous prends !!!

avatar
CeLL
Graphiste AOF
Graphiste AOF

Age : 33
Messages : 969
Inscrit(e) le : 11/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum